L'Empreinte du Pavé Dyonisien

Avec l'apparition des lignes de chemin de fer, et l'inauguration de la voie ferrée le 28 octobre 1881 entre Mayenne et Fougères, les carrières de pavés se sont développés, fluctuant sur une augmentation de la population locale d'ouvriers. L'une d'elle appartenait à Léon Gontier, qui employait jusqu'à 80 personnes. Une exploitation débuté par cette famille dans les années 1880 jusqu'à la première guerre mondiale. Un drame, mis sans doute fin à l'exploitation de la carrière Gontier :

Extrait du Journal d'Ernée : Dimanche 4 juin 1911

Epouvantable accident à Saint Denis de Gastines

Monsieur Gontier Fils est tué par l'explosion prématurée d'une mine.

Mardi après-midi, un terrible accident est venu jeter le deuil et la désolation dans une famille des plus connues et des plus estimées de Saint denis de Gastines.

Monsieur Léon Gontier, fils de l'entrepreneur est allé conduire un camarade au train de 3 heures et rentrait au bourg lorsqu'en chemin, l'idée lui vient d'aller faire un tour à la carrière. Il s'y rendit, et voyant un fourreau de mine perforé, il se mis en devoir de compléter le chargement pour la faire exploser. C'est un travail que Monsieur Gontier faisait tous les jours, il avait l'habitude des divers explosifs, d'abord, par une pratique de plusieurs années, ensuite par les connaissances théoriques acquises au 1er régiment de génie, où il avait fait son service militaire, on ne peut donc imputer l'accident à un manquement professionnel.... »

Au XXème Siècle

L'exploitation de la carrière de Froulay continua jusque dans les années 1930, dont le propriétaire était Monsieur Aimé Le Chaton (exploitant de 1926 à 1931). Différents tailles et formes de pavés (principalement cubique) étaient exigés par les commanditaires de toute la France. Les pavés étaient stockés à la gare de Saint Denis de Gastines, avant d'être livrés par wagons vers le Nord de la France, en Belgique et vers quelques ports marchands. Les chutes et débris de pavés permettaient d'encaissés le différents chemins, ainsi que de dallés les écuries et les étables. Lors des jours fériés, les ouvriers avait le droits de retirer des pavés pour leurs propres usages, et principalement pour le sol de leur habitation.

sources : Archives personnelles et remerciements à Mme Robine

Wikipédia (encyclopédie libre)